En passant

LE D&P DE L’ÉGLISE SUISSE SUPPRIMÉ BRUTALEMENT

PROXIMO – 2013-06-28 Maurice Page, Apic

[Monde] Suisse: le couperet tombe sur un organisme qui lutte pour la justice depuis 45 ans

Extrait:  »La décision de supprimer le mandat, et donc de mettre fin aux activités de la COTMEC, a été signifiée abruptement par Mgr Farine à Claude Fol et à un autre membre mardi 25 juin, sans dialogue préalable, explique le communiqué. « La COTMEC s’étonne qu’apparemment elle n’ait pas été débattue au sein du Conseil pastoral cantonal. Ses permanentes et ses membres ne se sentent nullement respectés. » « La procédure est inacceptable. Elle ne pourrait absolument pas avoir cours dans le monde de l’entreprise », renchérit Dominique Froidevaux. »

Le bureau du Conseil pastoral cantonal et le Conseil du Vicariat de l’Église catholique-romaine de Genève (ECR) ont indiqué le 27 juin 2013 qu’ils mettaient fin au 31 décembre 2013 au mandat de la Commission Tiers-Monde de l’Église catholique (COTMEC). Pour la Commission cette décision est totalement incompréhensible tant sur le fond que sur la forme.

Active depuis 45 ans dans les domaines de la justice et de la solidarité, la COTMEC est un acteur important, à Genève et au-delà, de toutes les questions liées aux rapports Nord Sud. Son secrétariat occupe deux personnes pour 0,9 poste à plein temps.

La décision de l’ECR communiquée par courrier à tous les agents pastoraux et aux paroisses indique que « plusieurs discussions ont eu lieu entre le Bureau du Conseil pastoral cantonal et des membres de la commission depuis 18 mois afin de définir un cadre qui réponde mieux aux attentes d’interpellation et aux nouveaux défis de notre monde.
Au terme de ces réflexions, le Bureau du Conseil pastoral cantonal et le Conseil du Vicariat sont arrivés à la conclusion que la COTMEC n’avait plus lieu d’être sous sa forme actuelle. Les soucis portés par cette commission le sont par d’autres services ou organisations comme l’Action de Carême par exemple. »

« Nous souhaitons restructurer différemment notre pastorale de la diaconie », a expliqué Mgr Pierre Farine, évêque auxiliaire à Genève. Et je suis obligé de constater que nous ne sommes plus sur la même longueur d’ondes avec la COTMEC. Je ne sais pas pourquoi, ni comment, le fossé s’est creusé, mais je le vois. » Mgr Farine réfute les mots de divorce ou de répudiation, mais la réalité est telle qu’une poursuite du mandat ne semble pas possible.

« Je me sens comme excommunié ! »
Pour les membres de la COTMEC et le personnel du secrétariat cette décision, qui tombe comme un couperet, est totalement incompréhensible. « Je me sens comme excommunié. La COTMEC c’était un peu comme ma paroisse », relève Dominique Froidevaux qui dénonce le manque de dialogue avec les autorités responsables. « Pour ses fondateurs en 1968, comme pour ses membres actuels, la COTMEC est un lieu d’incarnation de la foi. Beaucoup d’entre eux sont également actifs dans la diaconie locale au sein de Caritas Genève ou du Caré par exemple. »

Au cours de ses 45 ans d’existence, la COTMEC a été souvent dénoncée voire remise en cause pour ses prises de position critiques, notamment sur l’apartheid, le secret bancaire ou le négoce international, mais elle avait toujours gardé le soutien de l’autorité ecclésiale. « Notre mandat avait été renouvelé par Mgr Amédée Grab et maintenu depuis. »
Pour Mgr Farine le souci de la justice internationale portée par la COTMEC fait bien partie de la responsabilité et des tâches de l’Église, mais il y a aussi d’autres manières de s’en préoccuper et d’autres organes tant au niveau local, que suisse ou international y travaillent.

Une procédure inacceptable
Après une réunion de crise, les membres de la commission déplorent dans un communiqué cette décision et entendent, « manifester leur désaccord tant avec sa teneur qu’avec la manière dont elle a été prise et communiquée ». La lettre du Bureau du Conseil pastoral cantonal fait état de discussions ayant lieu depuis 18 mois « afin de définir un cadre qui réponde mieux aux attentes ». « Dans les faits, le mandat de la COTMEC a été confirmé le 26 septembre dernier, souligne le communiqué. De plus, en décembre, Mgr Pierre Farine, évêque auxiliaire à Genève, a assuré oralement le président de la commission, Claude Fol, que les deux postes de permanentes, représentant au total un emploi à 90%, seraient maintenus pour au moins cinq ans. » Au téléphone de l’Agence de presse internationale catholique, Mgr Farine reconnaît avoir fourni ces assurances, mais indique que depuis c’est le « dialogue de sourds ».

La décision de supprimer le mandat, et donc de mettre fin aux activités de la COTMEC, a été signifiée abruptement par Mgr Farine à Claude Fol et à un autre membre mardi 25 juin, sans dialogue préalable, explique le communiqué. « La COTMEC s’étonne qu’apparemment elle n’ait pas été débattue au sein du Conseil pastoral cantonal. Ses permanentes et ses membres ne se sentent nullement respectés. » « La procédure est inacceptable. Elle ne pourrait absolument pas avoir cours dans le monde de l’entreprise », renchérit Dominique Froidevaux.

La Commission n’a été ni consultée ni entendue
Quant à la justification telle que donnée dans la lettre elle apparaît comme peu fondée. « La lettre justifie la conclusion que la COTMEC n’a plus lieu d’être sous sa forme actuelle par le fait que les soucis portés par cette commission le sont par d’autres services et organisations comme l’Action de Carême. Or l’Action de Carême a été créée il y a plus de 50 ans, avant même la naissance de la COTMEC… »

« La COTMEC n’a fait l’objet d’aucune enquête ou audit externe, et n’a mené aucune discussion interne quant à une éventuelle restructuration », a confirmé Martyna Olivet, permanente démissionnaire. Elle dit aussi ignorer en quoi la commission ne répondrait plus « aux attentes d’interpellation et aux nouveaux défis de notre monde ».

« La Commission n’a été ni consultée ni entendue », confirme Dominique Froidevaux. « Cette décision n’est pas positive, admet Mgr Farine. Elle est préjudiciable à l’image de l’Église à Genève. J’en suis parfaitement conscient. On aurait pu continuer la discussion mais pour aboutir à quoi ? » L’évêque auxiliaire assure aussi que cette rupture n’est pas liée à des considérations financières.

La COTMEC a indiqué dans l’après-midi du 28 juin qu’elle prépare un recours contre cette mesure auprès de l’évêque diocésain Mgr Charles Morerod.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s