En passant

CADEAU DE NOËL: L’HOMME QUI MARCHE

CADEAU DE NOËL: L’HOMME QUI MARCHE
«Il marche. Sans arrêt il marche…
Il va tête nue. La mort, le vent, l’injure, il reçoit tout de face, sans jamais ralentir son pas. A croire que ce qui le tourmente n’est rien en regard de ce qu’il espère…
Il va droit à la porte de l’humain. Il attend que cette porte s’ouvre. La porte de l’humain, c’est le visage. Voir face à face, seul à seul, un à un…
Ce qu’il dit est éclairé par des verbes pauvres: prenez, écoutez, venez, partez, recevez, allez. Aucune de ces paroles à demi voilées, à demi données, dont l’obscurité permet aux maîtres d’asseoir leur maîtrise.
Il est doux et abrupt. Il brise, il brûle et il conforte…
Sa mère, il n’en parle jamais. Elle est partout dans lui…
Dans les campagnes, on dit d’un enfant qu’il «tient» plutôt de son père ou plutôt de sa mère. Lui, il «tient» de sa mère l’ampleur de son regard, et la douceur maintenue jusque dans ses paroles les plus dures.» Courts extraits de L’homme qui marche de Christian Bobin.

Nous vous souhaitons une joyeuse nativité dans des marches et des rencontres en vérité, face à face. Solidaires de notre peuple en marche vers la Terre promise de justice et de paix.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s