En passant

DP PERD VRAIMENT SON ÂME – DÉMISSION DE MME DORAN

LETTRE DE DÉMISSION DE MADAME CLAIRE DORAN (circule chez les membres de DP)

Montréal, le 18 octobre 2012

M. Michael Casey, Directeur général, Développement et Paix, Montréal

M. le directeur général,

C’est avec beaucoup de regret et non sans déchirement que, par la présente, je remets ma démission au poste de directrice du Service des programmes au Canada, à Développement et Paix.

La crise dans laquelle nous sommes plongés avec l’annulation abrupte de la campagne d’automne 2012 est la goutte qui fait déborder le vase. Cette campagne, préparée de longue date par une équipe compétente et bien informée en réponse aux demandes expresses du membership de Développement et Paix ainsi qu’à une décision de son Conseil national, est supprimée au moment même de son lancement. Il est demandé de produire, comme par magie, une autre campagne dite « modifiée ».

Il est aussi clairement indiqué que la campagne « modifiée » doit supprimer l’appel à l’engagement des membres et du public dans une action de plaidoyer. Il est important de noter ici que l’appel à poser un geste symbolique de plaidoyer fait partie intégrante d’une approche éducative. Il faut aussi rappeler qu’à de nombreuses reprises les partenaires de Développement et Paix ont exprimé que ce travail de lutte contre les structures d’injustice, fait par Développement et Paix en faveur des populations du Sud, est au moins aussi important à leurs yeux, sinon plus encore que l’appui financier qu’ils reçoivent de notre organisation. (souligné par nous)

Ce qui est présentement remis en cause, c’est la liberté, pour Développement et Paix et ses membres, de demander des comptes à un gouvernement élu qui administre les impôts des citoyens. C’est là l’essence d’un fonctionnement démocratique. C’est aussi la responsabilité de l’Église et des fidèles d’interpeller les pouvoirs publics et de leur demander des comptes  concernant des enjeux qui préoccupent les Catholiques de ce pays, comme la solidarité avec les populations pauvres du Sud global, ou encore les choix gouvernementaux en regard d’un développement juste et durable.

Devant ces pressions qui s’exercent sur notre organisation, je ne peux que constater que les valeurs fondamentales de Développement et Paix semblent s’effondrer au sein de son leadership. On entend dire que « le plaidoyer ne fait pas partie de la mission de DP », alors que le plaidoyer est l’expression même de la solidarité des Catholiques de ce pays qui veulent lutter contre les structures d’injustice qui sont à la source de la pauvreté mondiale.  La préoccupation exclusive de la survie de l’institution amène le leadership de Développement et Paix à évacuer la mission de notre organisation. Faisant moi-même partie de l’équipe de direction, je me retrouve partie prenante de choix que je trouve très inquiétants pour l’avenir de Développement et Paix malgré mon désaccord. De plus, la direction n’a pas la liberté d’expliquer clairement d’où viennent les pressions qui forcent Développement et Paix à modifier son cours. Nous ne pouvons que constater, impuissants, la confusion et le chaos que cela produit chez nos membres et chez le personnel.

C’est une situation qui perdure depuis quelques années, mais qui va en se détériorant. Déjà en 2011, Développement et Paix avait dû couper de manière abrupte son appui à une organisation mexicaine de défenses des droits humains hautement respectée, le Centre PRO. Par la suite, c’est tout le programme de droits humains au Mexique qui disparaîtra. Développement et Paix  avait alors été empêché d’expliquer la source et le processus hâtif de cette décision.

Avec la crise actuelle, nous entrons dans une phase encore plus poussée de censure, de tutelle et de confusion. « Invitée » in extremis à annuler cette campagne  préparée à la demande du membership de Développement et Paix et reflétant les préoccupations grandissantes de nombreux secteurs de la société canadienne, notre organisation doit improviser dans le flou et l’urgence une alternative qui laisse dans la frustration et l’incompréhension une bonne partie de nos membres à la base. Ils ont été nombreux, lors des assemblées régionales du printemps dernier, à nous dire, devant le virage de l’aide canadienne publique au développement, qu’ils voulaient exprimer haut et fort que ceci n’est pas le Canada qu’ils veulent ( « This is not the Canada that we want »). De plus, pour éviter de subir d’autres interventions, nous devons maintenant soumettre pour approbation chaque étape de la production de la « campagne modifiée » de cet automne.

Je trouve que la situation est vraiment devenue insoutenable. Je ne crois pas qu’il s’agisse d’un accident de parcours, mais bien plutôt d’une tendance lourde qui éloigne rapidement Développement et Paix de sa mission particulière en tant qu’organisation catholique vouée à la justice.

Il y a à peu de temps, monsieur le Directeur général,  je présentais avec enthousiasme quelques uns des défis que le Service des programmes au Canada devrait relever dans un avenir rapproché. Aujourd’hui, je vois mal comment mobiliser les énergies nécessaires pour réaliser ces objectifs. Il me semble bien difficile de travailler à la définition et à la promotion d’une image institutionnelle plus dynamique et mieux centrée sur la vision du développement de notre organisation alors que cette vision est mise en cause et que notre identité est ébranlée dans ses bases mêmes. Comment aussi travailler à donner un nouvel élan à la mobilisation, comme le réclame les membres, alors que le plaidoyer est devenu suspect?

Malgré la confiance exprimée à mon égard par toute l’équipe du personnel de mon service, la situation de tutelle dans laquelle se trouve maintenant Développement et Paix et l’attitude de son leadership au sein duquel je ne trouve aucun appui face aux enjeux qui sont soulevés plus haut m’amènent, à regret, à remettre ma démission comme directrice du Service du programme au Canada à Développement et Paix.

Je suis à votre disposition pour discuter du moment de mon départ.

Claire Doran, Directrice du Service du programme au Canada Développement et Paix

Publicités

4 réponses à “DP PERD VRAIMENT SON ÂME – DÉMISSION DE MME DORAN

  1. raymonde fournier

    Quel dommage!
    Est-ce que la perte de toutes ces démissions de personnes si compétentes et dévouées à la cause de D&P ( Claire Doran,François Gloutnay, Marcelle Sinclair pour ne nommer que celles-là…) sera récupérable par l’organisme?

  2. Je suis moi aussi très troublé par ce qui se passe à Développement et Paix.

    La « Déclaration conjointe des présidents de la CECC et du Conseil national aux membres de Développement et Paix » du 5 novembre est, à bien des égards, révélatrice de la direction vers laquelle la CECC et la direction générale veulent amener notre organisation. Le peu d’information que contient la déclaration, les demi-vérités, les omissions, et même ce qu’on peut lire entre les lignes.
    Ainsi, il est presque mensonger de parler de » modifications apportées au matériel de la campagne » pour décrire ce qu’a fait la direction générale à la demande de la CECC : ils ont arrêté une action pour la remplacer par des discussions en paroisse. Mais le pire dans la lettre, c’est l’impression qui s’en dégage : qu’aux yeux de M. Breau et de Mgr Smith, la campagne d’automne revue, corrigée et diluée s’inscrit parfaitement dans la mission de Développement et Paix. Business as usual!

    Tout ceci se passe alors que bien des membres n’ont toujours pas digéré l’arrêt du financement du Centre PRODH par Développement et Paix, ni le silence complice de l’organisation alors que notre partenaire faisait l’objet d’accusations mensongères. Lors de l’Assemblée régionale Québec/Nouveau Brunswick, en avril dernier, un membre du Conseil national a candidement résumé la situation : « nous savons que nous avons commis une injustice envers PRODH… mais nous ne pouvons pas la réparer parce que les évêques ne l’accepteraient pas ». Bref, pour plaire à la CECC, nous devons non seulement tolérer l’injustice mais en plus y contribuer!
    « Nous tenons à vous assurer qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter », écrivaient encore M. Breau et Mgr Smith. Mais là encore, la réalité est tout autre. Nous avons plusieurs raisons de nous alarmer :
    1) Du fait la CECC impose des changements à nos campagnes, et ce pour des raisons qui n’ont rien à voir avec l’enseignement de l’Église;
    2) De la manière dont la CECC a agi, en court-circuitant son propre comité de liaison avec D&P;
    3) Et de l’interdiction qui nous est faite de tenter d’infléchir l’action du gouvernement, sous prétexte que « Développement et Paix ne doit pas faire de politique ». Mais si un organisme catholique de SOLIDARITÉ INTERNATIONALE ne peut pas dénoncer le détournement de l’aide publique au développement au profit de compagnies minières comme Barrick Gold, que peut-il faire? (et parlant de politique, nos évêques se privent-ils d’encourager des pressions sur le gouvernement pour des questions qui LES intéressent?)

    En œuvrant pour bâtir un monde plus juste, Développement et Paix offre aux croyants une manière concrète de mettre en pratique l’enseignement de Jésus-Christ. « Ce que vous faites au plus petits de mes frères, c’est à moi que vous le faites », nous dit le Seigneur. C’est pourquoi la direction de D&P n’aurait dû accepter ni les diktats de Mgr Pendergrast l’an dernier, ni l’ingérence du président de la CECC cet automne. Les premiers devoirs du Chrétien sont la fidélité au Christ et le service des autres, particulièrement des démunis. L’obéissance aux prélats vient ensuite.

  3. J’ai mal formulé la conclusion de mon commentaire (https://soutenonsdetp.wordpress.com/2012/11/08/dp-perd-vraiment-son-ame/#comment-306). J’aurais dû écire: « L’obéissance aux prélats vient loin derrière ». Cela exprime plus clairement ma pensée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s