En passant

Lexploitation minière au Pérou

 

De nombreuses communautés touchées par l’exploitation minière au Pérou

 

5 octobre 201 – site officiel de DP
Mary, Durran, Chargée de programmes Amérique latine

J’ai quitté le pays hier pour me rendre en Amérique du Sud où je participerai à un atelier organisé par la CIDSE, le Réseau canadien sur la reddition de comptes des entreprises (RCRCE) et un certain nombre d’organisations de la société civile latino-américaines sur la manière dont les sociétés transnationales peuvent faire preuve de plus grande diligence raisonnable envers les droits humains – c’est-à-dire s’assurer que leurs activités ne violent pas les droits de l’homme et ne briment pas les communautés locales.

Je me rendrai ensuite à Cerro de Pasco, où notre partenaire Labor travaille avec une communauté affectée par la plus haute mine au monde – la compagnie minière Volcan y exploite des mines de plomb et de zinc à une altitude de 4330m, provoquant énormément de pollution, des niveaux élevés de métaux lourds dans le sang, et la contamination des sources d’eau. La mine à ciel ouvert a littéralement laissé un trou dans le centre de la ville, et toute la population doit être déplacée.

Mon prochain arrêt sera à La Oroya, une ville également fortement polluée par la fonderie américaine Doe Run. L’évêque local, Mgr Pedro Barreto Jimeno, vice-président de notre partenaire CEAS (Comisión episcopale para Acción Social) a reçu des menaces de mort pour son travail de défense des droits de la population locale.
Pour ceux et celles qui comprennent l’espagnol, et qui voudraient en savoir plus sur la communauté de Cerro de Pasco et leurs difficultés, visitez le http://elcomercio.pe/ediciononline/especiales/cerrodepasco/index.html

Advertisements

3 réponses à “Lexploitation minière au Pérou

  1. Soutenons Développement et Paix

    Ainsi, au Pérou, des minières canadiennes et autres sont sources de destruction de l’environnement et des communautés locales. Si même un évêque y est menacé de mort, qu’en sera-t-il du sort des populations locales…? Mais certains évêques canadiens aiment bien le gouvernement conservateur de Harper et ne veulent pas le contrarier. Ils jugent trop politiques les campagnes de DP appelant simplement le gouvernement à revoir ses politiques d’aide internationale. Quelle solidarité avec les partenaires de DP au Sud qui risquent leur vie! Quel courage politique! Il semble que quelques évêques très conservateurs font ce qu’ils veulent avec la CECC et DP. Les autres suivent en silence, serment d’allégeance au Vatican et ligne de parti obligent. Très inspirant! Gérard Laverdure.

  2. Très en accord avec les propos de M. Laverdure. Ces quelques évêques qui ne veulent pas de la campagne d’automne 2012 semblent se cacher derrière la « paravant » des plus hauts représentants de la CECC qui eux-mêmes se font les intermédiaires de ces premiers…

    Développement et Paix n’appartient pas à la CECC et devrait garder son identité qui est propre à sa mission soit celle entre autre de dénoncer les injustices sociales(Qui ne dit mot consent.), à moins que D. et P. soit en train de changer d’identité ?! Heureusement qu’il y a des membres qui se réveillent.

    J’aimerais bien que des évêques du Sud de la trame de Mgr Pedro Barreto Jimeno s’entretiennent avec les représentants de la CECC sur leurs combats dans le Sud pur la justice sociale et sur leurs attentes envers les pays du Nord comme le Canada. Cela replacerait certes les choses dans les bonnes perspectives…
    Réjeanne Chartier, Montréal

  3. Dans le pays voisin, à Oruro en Bolivie, l’oblat Gilberto Pauwels très impliqué dans les dossiers environnements-miniers avec les groupes de citoyens, plus particulièrement des jeunes, continue d’être actif, mais en silence. À la demande de l’évêque du lieu, il n’alimente plus son blogue depuis mai 2011….dommage, nous avions à travers ces « griffonages des Andes » un écho particulier (et en français) de ce qui se passe. Gilberto est d’origine belge et comme maints oblats québécois, il a fait des Andes sa terre d’adoption….La qualité du programme en Bolivie de DP lui doit de judicieux conseils. Donc, un peu de maîtrise de l’espagnol est utile. Ce fut sur le blogue de Gilberto que j’ai découvert le site de la OCMAL (l’observatoire des conflits miniers en Amérique Latine…le reportage de Mary est un bel échantillon représentatif de dizaines d’autres cas au quotidien….avant le plan Nord, il y a eut un plan Sud.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s