En passant

De grâce, ne leur cédons pas le pouvoir « des pauvres »…!

De grâce, ne leur cédons pas le pouvoir « des pauvres »…!

par Réjeanne Chartier, représentante du goupe local Montréal-Nord

En tant que simple membre actif à Développement et Paix, depuis 1996, permettez-moi d’apporter  ma réflexion à ce débat!  Il  n’y a pas eu que je sache de résolutions du Conseil national pour changer les structures de gouvernance de Développement et Paix, à savoir l’abolition de la présence des 2 évêques au sein du conseil national et la formation d’un comité permanent de la CECC en lien avec un Comité de liaison. Donc ce Comité ne devrait être que consultatif?? Mais pourtant sur le blogue on parle du Comité, en termes de liste d’exigences, de décisions.  On peut croire que certaines de ces  décisions sont  déjà en vigueur, à la lumière d’évènements troublants  tels que l’arrêt du financement du partenaire mexicain PRODH (et il yen a sûrement d’autres), en 2011 et l’exigence (Nihil obstat) que le partenaire CEPROSI obtienne un appui formel de l’évêque de Paz en Bolivie en 2010.(1) Selon moi, ce sont les vrais scandales!

Il semble de plus que  le Comité permanent de la CECC veuille réviser les procédures, protocoles, les statuts, la mission, les orientations de Développement et Paix. Mais elle ne peut le faire de façon unilatérale sans  passer par notre instance suprême i.e. le Conseil National. Développement et Paix est une organisation démocratique  autonome qui consulte généralement ses membres  en assemblée régionale. Nous les membres de la base ne remettons pas  en question Développement et Paix sous toutes ses coutures car nous sommes hautement satisfaits de son approche avec nos partenaires du Sud et de son souci pressant de faire connaître avec passion les causes de l’appauvrissement  des populations du Sud à celles du Canada.  Aussi nous  acceptons mal que le Comité permanent de la CECC veuille faire sa « revue institutionnelle » en règle de notre organisation démocratique. Ajoutons à cela que les partenaires financés ne sont pas des succursales de Développement et Paix  et qu’il ne faut surtout pas jeter le bébé avec l’eau du bain : cliché qui possède tout son sens quand il est question de lutter contre la discrimination et la violence faite aux femmes.

Quand la mission, les statuts, les orientations, la démocratie du mouvement sont remis en question, cela nous amène à remettre en question le leadership de la direction qui a été noyauté avec des évêques de la CECC. Certes le Comité permanent de la CECC  en lien avec le Comité de liaison peut être un lieu de consultation d’où peuvent  sortir des propositions mais celles-ci doivent être circonspectes et  soumises  pour approbation au Conseil national qui devra consulter la base des membres réunis en conseils diocésains ou en Assemblée régionale. Autre symptôme le Comité de liaison est arrivé tardivement  comme partenaire de travail avec le Comité permanent des évêques.

Dans le rapport « Un moment de grâce »(2), il est écrit  »  En réponse aux attaques du site Internet LifeSiteNews.com (LSN) en mars 2009, le Conseil national de D&P a créé un « Groupe de travail » composé de membres du conseil national – avec l’aide de notre propre Comité de réflexion théologique – chargé d’élaborer une stratégie de réponse globale (à la fois réactive et proactive) à des fins de discussion et de ratification » Le rapport définitif du Groupe de travail, déposé en novembre 2010 contient plusieurs recommandations litigieuses à mon avis. Comme celle où le directeur général devient le seul porte-parole devant les médias concernant les questions  de foi. (recommandation 10), celle qui demande  d’organiser des réunions personnelles entre le bureau national et certains évêques clefs… (recommandation 14) ainsi que celle qui fait de la CECC un interlocuteur de première importance en cas de controverse  (recommandation  19). On comprend mieux-hélas!- pourquoi  le directeur général  a communiqué en

premier lieu avec la CECC dans la crise « PRODH », d’où les résultats désastreux qui s’en sont suivis!

Au moins une demi-douzaine  des recommandations de ce même rapport ont pour but d’éviter à tout prix que Développement et Paix et ses partenaires deviennent « coupables par association ». À mon humble avis, cela ne tient pas la route. On ne peut pas tout contrôler et de toute façon le mal est déjà fait : Jésus-Christ, le modèle de miséricorde par excellence a été désigné « coupable par association » à quelques reprises par les « bien-pensants « de  son époque… l’histoire semble se répéter!

En accord avec la conclusion du rapport « Un moment de grâce » -présidente à D. & P. (3) j’avance cette priorité incontournable pour  tout le mouvement  de Développement et Paix : celle de rester debout devant les vents de la controverse et y répondre avec  toutes les convictions que lui donne sa mission originale et son option préférentielle pour les pauvres. Je suis absolument certaine que nos partenaires ne nous ne le reprocherons pas…!

Bien sûr il peut y avoir un prix à payer (sens strict). Le Christ lui a déjà payé de sa vie et il en va de même de certains des leaders de nos partenaires. Le Christ est ressuscité pour nous pour eux, peuples du Sud. Alors j’ose espérer que Développement et Paix pourra « renaître de ses cendres » grâce au réseau de se militants qui ont foi à l’enseignement sociale de l’Église et grâce aussi  à certains nouveaux partenaires au Nord à découvrir et d’autres à reconquérir. En essayant de plaire à une  partie de l’élite ecclésiastique conservatrice on perd de notre crédibilité : déjà certains membres actifs(4) se retirent  ainsi qu’un partenaire du Nord. (5)

Je vois 3 scénarios possibles  pour les échanges du Comité permanent  de la CECC  avec  le Comité de liaison: soit un durcissement des positions , soit un « àplatventrisme » (qui ne ferait que continuer…)devant la CECC ou un  dialogue franc et sincère pour une meilleure compréhension  de la mission de Développement à la lumière de la doctrine sociale de l’Église et dans le respect des structures originales de D.&P. Pour  que cela puisse ce faire, je m’interroge aussi avec Gabrielle Lachance(6) sur la non – présence de membres du Comité de réflexion théologique de Développement et Paix sur le Comité de liaison et de plus, on fait à peine allusion de ce premier dans les recommandations du Rapport du Groupe de travail.(7). Autre  point,  il manque une représentation du personnel sur ce même Comité. Cela, aussi est symptomatique!

En référence au commentaire du  théologien Fernand Dumont (8) pourquoi ne pas profiter des  comités conjoints pour mettre en contexte la grande expertise de Développement et Paix en matière de coopération internationale  et son adhésion à l’enseignement sociale de l’Église en regard des peuples. Il en va de même des évêques du Sud qui mériteraient une bonne sensibilisation dans ce sens et non de décider du sort de nos partenaires. Qui connaît mieux les besoins et la voix des exclus que ceux qui vivent sur le terrain? « Que les pauvres soient reconnus comme les premiers sujets de leur développement… »(9)[14

Informons, formons, sensibilisons les évêques oui  mais de grâce ne leur cédons pas le pouvoir des pauvres…! Le pouvoir de la solidarité évangélique.

À suivre et merci à tous ceux et celles qui m’ont aidé à nourrir ma réflexion de par leurs interventions percutantes  sur le blogue.

Réjeanne Chartier, représentante du goupe local Montréal-Nord

1. https://soutenonsdetp.wordpress.com/2011/09/20/%c2%abnihil-obstat%c2%bb-politique-a-la-paz/

2. https://soutenonsdetp.wordpress.com/2011/08/25/rapport-%e2%80%93-un-moment-de-grace/

3. Idem

4. http://wcr.ab.ca/WCRThisWeek/Stories/tabid/61/entryid/1429/Default.aspx

5. Article du Fonds de dotation Solidarité Sud  surhttp://www4.uqo.ca/ries2001/Fonds/Qdeneuf.htm

 

6. https://soutenonsdetp.wordpress.com/2011/10/01/developpement-et-paix-limpact-des-decisions 

    actuelles-sur-sa-nature-sa-mission-et-sa-gouvernance/#more-374

7. Idem 2

8. https://soutenonsdetp.wordpress.com/2011/09/23/nihil-obstat-le-pouvoir-absolu-

    dinterference/#more-364  [14

9. https://soutenonsdetp.wordpress.com/2011/09/23/nihil-obstat-le-pouvoir-absolu-  

dinterference/#comment-33

 

Advertisements

Une réponse à “De grâce, ne leur cédons pas le pouvoir « des pauvres »…!

  1. Une simple petite correction madame Chartier. Au sujet de la note 8 près de la fin de votre texte, précisons que le théologien c’est M.Michel Beaudin.
    Personnellement, moi, Fernand Dumont, je suis comme vous un membre qui y va d’un commentaire sans avoir de compétence particulière autre que d’essayer d’être un bon élève à l’école du Christ…
    J’ai apprécié vos commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s